protection de l'idée

Une idée de business, partager l’idée ou la garder secrète ?

Tout d’abord qu’est-ce qu’une idée de business ? Une idée est très souvent quelque chose de furtif et vague qui, dans certains cas seulement, aboutit à une innovation. Mais l’idée reste l’étincelle initiale qui a orienté dans une direction donnée des travaux de réflexion ou de recherche. Autant l’issue de ces travaux doit rester secrète si vous avez trouvé la formule de la molécule chimique qui stoppe définitivement la chute des cheveux, autant dans la majorité des cas, le secret de l’idée d’origine est à mon sens inutile et même contre-productif. Une idée de business peut être soit :

  • totalement nouvelle, nous avons imaginé un service qui n’existe pas,
  • soit partiellement nouvelle, nous avons une idée pour améliorer un service, un produit existant,
  • soit déjà existante et dans ce cas la question du secret ne se pose même pas.

Pour ce qui est de l’idée de business totalement ou partiellement nouvelle, que faire ?

Je pense qu’il faille mieux prendre l’option d’en parler pour la confronter à la perception des autres. Pourquoi ?

  • Premièrement, le fait d’en parler vous permet de l’améliorer bien plus rapidement que de réfléchir seul. Le feedback que vous donnent les gens fait partie du processus de création, ils vont très souvent vous éviter de « taper à côté ». Vous allez vous-même trouver de nouvelles idées d’amélioration en répondant aux objections éventuelles. Rien n’est plus rageant que de travailler en secret durant des heures, des mois, et de faire un flop au moment où l’on lève le voile en comprenant que l’idée n’est pas mauvaise et reste valable mais qu’il faut juste revoir sa copie dans une direction légèrement différente. Jeter des heures et des mois de travail inutile est rageant.
  • Deuxièmement, ce processus de partage de l’idée avec des utilisateurs potentiels permet de trouver ses premiers clients ambassadeurs qui vont vous permettre de créer votre cercle vertueux de vente. Un client ambassadeur, c’est celui qui trouve votre produit tellement génial qu’il est fier d’en parler autour de lui, d’en faire la promotion. C’est souvent ce que deviennent les gens qui ont participé, même dans une faible mesure, à la conception du produit lui-même. Car si leur feedback vous a permis de mieux correspondre aux attentes du marché, eux ont la possibilité d’acheter un nouveau produit qui répond à une de leurs problématiques.
  • Troisièmement, c’est très souvent en expliquant son idée qu’il vient naturellement des éléments importants sur la façon de la mettre en œuvre. C’est en en parlant que l’on construit progressivement son plan d’action. Ce plan d’action est aussi valable, voir plus valable, que l’idée de base elle-même. Nous sommes 7 milliards d’êtres humains, pourquoi seriez-vous le seul à avoir eu cette idée ? Si vous êtes le seul, peut-être qu’elle répond à une problématique que vous êtes le seul à avoir !!! En revanche, si votre idée apporte une solution à une problématique répandue, vous n’êtes certainement pas le seul à l’avoir eue parmi 7 milliards d’individus. Dans ce cas, seul votre plan d’action fera la différence. Ne négligez pas cet aspect.
  • Quatrièmement, en expliquant votre idée à de nombreuses reprises, vous avez amélioré votre capacité de synthèse et de communication autour de votre projet. Vous êtes plus à même de résumer les éléments clés de votre offre en quelques lignes. Cette capacité de communication autour de votre produit ou service est essentielle pour les phases de lancement, de recrutement de vos futurs collaborateurs, de persuasion de vos investisseurs éventuels, de constitution de votre réseau de partenaires, …

Ces points étant dits, le parti pris de parler de votre idée ne vous interdit pas un minimum de protections. Le monde des affaires n’est pas celui des « Bisounours ». Ayant pris ce parti de parler de mes idées depuis longtemps, j’adopte dès que possible la stratégie de segmentation de mon idée. Le feedback le plus important à obtenir dans un premier temps est sur le positionnement de votre offre elle-même et non pas la façon d’y arriver. Donc en premier, je ne parle que du quoi, jamais du comment, sur les aspects de la mise en œuvre, je conserve mes idées secrètes et à l’abri. Mieux encore, dans certains cas, vous pouvez segmenter le quoi en plusieurs parties et rien de vous empêche, dans ce cas, de dévoiler partiellement des parties distinctes de votre idée à des cercles de personnes sans connexion. Enfin, ce n’est que dans un deuxième temps, une fois que l’offre est déjà lancée, que je dévoile le comment pour essayer d’améliorer le concept sur ce point.

On en parle sur Facebook...

Leave A Response

* Denotes Required Field